Créer une traceVisualiser une traceRechercher une traceOutils CartesToposLes plus belles randosSegmentsOutdoor storiesForumsOffre PremiumConnexion
VisuGPX
Sélectionner un fichier
.gpx .fit .tcx
Options

Le seuil et le lissage permettent d'optimiser le calcul du denivelé
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

le Col et le sommet du Barle, retour par la Motte, depuis Archinard, Orcières, Hautes-Alpes.Randonnée Pédestre

Le Barle, 2733 m, de par son architecture, est de loin le sommet le plus emblématique de la longue crête en rive droite du Vallon d'Archinard qui en compte pourtant bien d'autres allant de la célèbre Coupa essentiellement visitée par les randonneurs à skis et autres raquettistes, la Crête de Malamorte, le plus discret sommet de la Morte, le Barle et son Col, la grande Aiguille d'Orcières désormais rebaptisée "l'Aiguille", le "petit" (inconnu de l'IGN) et le "grand" Garabrut, avec ses 2917 m, le plus élevé de tous.
L'accès à son sommet (le Barle) tout comme son Col, dépourvu de tout sentier répertorié sur toutes les cartes, est à notre connaissance seulement décrit par son versant Sud-Est depuis les Gourniers, Vallée de Réallon, sur lequel subsiste les vestiges d'un très ancien sentier pastoral, pas toujours évident à suivre et dont le départ est soigneusement gardé secret. Sa Voie Normale, très discrètement cairnée, paradoxalement plus facile à suivre à la descente qu'à la montée, tout particulièrement dans son franchissement des deux premières petites barres rocheuses à la base de la rampe terminale, se déroule en bordure (sauf justement pour surmonter la première barre où il est préférable d'exécuter un crochet sur la gauche) de la rive droite du Ravin de Clot Tourcin, qu'il convient de remonter au lieu de traverser la partie la moins pentue de cette rude grimpette pour rejoindre directement le Col du Barle.
Mais quid de son accès par le Vallon d'Archinard ? à partir du très ancien sentier pastoral de la rive droite du Torrent du Barle, tout aussi résolument abandonné et particulièrement ensauvagé, honte aux gestionnaires du Parc National des Ecrins pour leur bien trop systématique politique de limitation de la fréquentation par l'abandon et donc la perte de cet exceptionnel patrimoine.
L'Ours n'en est toujours pas revenu de n'avoir pu trouver le moindre renseignement sur Internet pour l'élaboration de son projet; même si cela ne pouvait qu'en aiguiser d'autant sa curiosité et donner un toujours agréable petit air d'aventure à l'entreprise, les quelques références trouvées étant exclusivement réservées aux skieurs. Comme, de plus, il ne saurait faire les choses à moitié, pour que notre visite soit exhaustive, il convenait bien évidemment d'y inclure notre passage par la Motte, deuxième totem de ce très sauvage versant Nord, idéal pour une chaude journée d'août.
Depuis la Gravière, seule la présence d'un portillon au niveau de la clôture électrique laisse suspecter la présence d'un accès réservé aux bipèdes et ce n'est qu'après avoir franchi le second, avant le talus au bout de la piste pastorale de droite, qu'on découvre sur les premiers mélèzes de très anciennes balises jaunes, au sol les sentes à vaches étant bien plus marquées que l'assise du sentier; plus haut le balisage fait place à de nombreux cairns, l'assise du sentier de plus en plus difficile à suivre la végétation ayant largement pris le dessus, il faut alors contourner les mélèzes et autres rhododendrons jusqu'à sa traversée du Torrent du Barle, à environ 2180 m, porte d'entrée sur le bien sympathique alpage de la Motte, véritable proue de navire qui s'avance à la quasi-verticale du Torrent d'Archinard, juste en face de la Cabane de Rouannette, toujours pas nommée sur l'IGN. De ce très vaste entonnoir, la montée à vue au Col du Barle est un jeu d'enfant pour qui n'est pas dépourvu d'un minimum de sens de l'itinéraire, l'Ours agréablement surpris par son côté particulièrement verdoyant, alors qu'à partir des photos satellites il s'attendait à devoir affronter un infâme pierrier, même s'il convient de ne pas sous-estimer les 50 derniers m de dénivelé traversés en écharpe pour un accès direct au col, son côté gravillonneux nous a conduits à lui préférer une descente plus directe sur une zone plus verte. De retour du Barle, l'Ours, ayant eu tout le loisir d'observer que la bande verte en balcon au-dessus des barres rocheuses semblant permettre un itinéraire horizontal jusqu'à la verticale de la croupe Sud de la Motte, étant d'une part bien pentue mais d'autre part surtout entrecoupée de ravins encore plus raides et schisteux, il était hors de question que nous nous y engagions sans piolet ni moyen d'assurance; même si, chemin faisant, les 100 premiers m redescendus, nous avons trouvé de relativement bonnes sentes à moutons nous permettant de ne pas trop perdre de dénivelé. La croupe de la Motte tout comme son sommet conique sont un petit bijou du genre à recommander, le panorama depuis sa croix blanche est déjà remarquable et fait encore plus regretter qu'un sentier digne de ce nom en prive un maximum de randonneurs; au nom de quoi un pareil ostracisme, comme s'il n'y en avait que pour le Col de Rouannette, et encore ! puisque son confortable accès n'a même pas droit de cité sur l'IGN alors que, côté Ancelle, il a été taillé à la mini-pelle mécanique; à inscrire dans la rubrique : quand la connerie n'a plus de limite !...

Trace de l'OursTrace de la Marmotte

Actions
20 km
+1940 m
06:15

Détails

Nota Béné :
Tout comme le Joug de l'Aigle dans l'Embrunais, très originale motte de calcaire en forme de chapeau mongol en équilibre sur une épaisse couche marno-schisteuse, le Barle est constitué d'un bloc cristallin stratifié, posé au milieu de cette longue crête; il en est incontestablement le vaisseau amiral, dont la fine proue single vers la Coupa via la Crête de Malamorte, tandis que sa bien plus large poupe laisse dans son sillage le Col homonyme, très vite submergé par la fière Aiguille (ex-Grande Aiguille d'Orcières). Son flanc bâbord est rayé par une providentielle vire à chamois ascendante qui permet de passer aisément (*) de son étrave à sa poupe lorsqu'on l'aborde en traversée d'Ouest en Est (son abordage par le fil de l'étrave étant nettement plus alpin et risqué !?). L'élégante dissymétrie bâbord de sa poupe fait que l'échelle de coupée qu'emprunte sa voie normale est sans aucune difficulté technique majeure, à peine quelques courts passages où il faut s'aider des mains, 2a/2b maximum; cependant, par terrain très sec, attention aux dérapages incontrôlés sur les gravillons aux bords des petites barres rocheuses et à la difficulté à trouver et suivre la voie à la descente, si on a la tête dans les nuages !
L'Ours a voulu tenter son accès direct , depuis le col par sa crête Nord-Est, suivi d'une vire à chamois, sur son flanc gauche, évidente et très fréquentée malgré sa raideur : le rocher y est excellent au début, mais la sortie quasi-verticale, très exposée et en rocher plus incertain lui ont fait comprendre qu'il était plus prudent de faire demi-tour avant de s'embarrer ou chuter !...
Sa solution de repli par l'étroite vire à chamois au pied de la première barre étant bien plus aisée et beaucoup moins exposée, à condition d'être sûr de ne pas être victime d'un dérapage incontrôlé : forte pente gravillonneuse mais suffisamment horizontale sur une trentaine de cm au ras de la falaise pour tenter l'aventure, le plus gros risque étant d'être victime d'une chute intempestive de pierres déclenchée par des chamois, bien qu'il soit peu probable qu'il puisse encore y en avoir au-dessus après nous avoir vu arriver de si loin !

(*) le terme aisément est à considérer au seul sens technique, en effet les risques objectifs y sont omniprésents, le plus important étant les chutes de pierres, voire de blocs, toute cette crête étant comme toujours particulièrement exposée aux nombreux impacts de foudre qui en ébranle la structure. Or, comme en juin 2014, du sommet l'Ours ayant voulu s'avancer au maximum jusqu'à la verticale de la proue, n'a pas pu aller jusqu'au bout effrayé par le chambardement intervenu depuis : toute une tranche prête à s'effondrer au Nord et quelques blocs sérieusement ébranlés et en équilibre incertain sur le bord Sud, donc au-dessus de cette fameuse vire, sachant qu'à son extrémité la largeur de cette arête est de l'ordre du m.


Bref Topo :
du parking visiteurs d'Archinard, 1594 m > la piste pastorale de la Cabane de Rouannette jusqu'aux panneaux du Parc National des Écrins, à la Gravière, 1629 m > piste pastorale, puis sentier en rive droite du Torrent du Barle (quelques très anciennes balises jaunes sur les premiers mélèzes), puis de nombreux cairns jusqu'à sa traversée du Torrent à environ 2180 m > monter à vue et au mieux jusqu'au Col du Barle, 2516 m (terrain semi-herbeux agréable jusqu'aux 50 derniers m de dénivelé à l'Ouest sous le col, d'où il est plus agréable de rejoindre la crête tout droit au lieu de poursuivre en écharpe jusqu'au col!) > remonter la crête Sud-Ouest jusqu'aux barres sous le Barle et suivre la vire à chamois assez exposée jusqu'à sa rencontre de la VN sur son versant Sud, pas évidente à suivre en montant, heureusement plus facile à la descente par temps clair ! > retour par le même itinéraire ou, par prudence, descendre bien plus bas sur la croupe avant de traverser et remonter au col > descendre au mieux les 100 premiers m sous la crête avant de trouver des sentes à moutons permettant de rejoindre assez facilement, malgré les fortes pentes, la vaste croupe Sud-Est de la Motte > sommet de la Motte > descente par sa croix et sa croupe Nord-Est (petite traversée d'une barre rocheuse) jusqu'à son collet, 2300 m > rejoindre l'itinéraire de montée par le talweg suivi de la traversée à niveau du vaste entonnoir de cette combe-alpage > retour parking par l'itinéraire de montée.


Pour plus de détails voir et revoir le photos-reportage d'Hélène : Diaporama

Et si elles vous intéressent, voir nos précédentes randonnées dans ce secteur avec :

Albm043-La Coupa-Malamorte, mars 2012 : Diaporama

Albm196-La Recula, avril 2014 : Diaporama

Albm211-Coupa-Barle, juin 2014 : Diaporama

Album-111_Grande Autane, mai 2017 : Diaporama

Album-224_l'Aiguille d'Orcières, août 2018 : Diaporama

Album-281_la Recula ou Petite Autane d'Orcières, mars 2019 : Diaporama

Album-314_la Coupa en traversée Sud-Ouest_Nord-Ouest, 2628 m, juillet 2019 : Diaporama


Autres documents trouvés sur Internet :

Article_1 : sur le blog de Pacou-Randos

Article_2 : AltitudeRando

Article_3 : VisoRando seulement jusqu'au Col, devinez pourquoi ?!...






Photos

Commentaires

Pas encore de commentaire, connectez-vous pour en ajouter un.

Plus

Affiché 562 fois, téléchargé 22 fois
Impossible de récupérer l'indice IBP de cette trace
Itinéraires Randonnée Pédestre autour de Orcières · Les plus belles randonnées autour de Orcières
URL permanente de la page https://www.visugpx.com/mw29xieJ8f
Télécharger le fichier GPX

Afficher le QRCode pour téléchargement sur mobile
Créer 2 fichiers à partir de ce fichier multiple

Intégrez cette trace dans votre site [Afficher le code]