VisuGPXConnexion
OUTDOOR Stories
Sélectionner un fichier
.gpx .fit .tcx
Options

Le seuil et le lissage permettent d'optimiser le calcul du denivelé
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

La Cocagne, la montagne et la mer

Samedi 29 mai 2021
Par Thierry Ô Gravel !

J’ai déjà suivi le Canal du Midi sur la journée (longue journée) pour rejoindre la mer et Sète.

Bon nouveau prétexte à rejoindre ce beau coin de Méditerranée : rejoindre Sylvie et Bastien partis la veille et les beaux-parents pour passer le week-end ensemble pour la fête des mères entre Agde et Sète.

J’ai choisi cette fois une variante par une traversée de la Montagne Noire que j’apprécie particulièrement, en passant par son point culminant, le Pic de Nore et ses 1 211 m, ce ne sont pas les Pyrénées mais le dénivelé cumulé sur cette traversée n’est pas anodin, la sortie va prendre du temps ? Et cette montagne et son pic sont magnifiques ! Si variés par les sols, la topologie, la végétation, etc. Les influences océaniques, continentales, méditerranéennes ont façonné la nature. Cela faisait aussi un moment que je voulais faire une traversée du massif sur sa longueur.

 

Départ donc de bon matin dès la fin du couvre-feu pour une longue balade de l’aube au crépuscule (et même plutôt à nuit) par un maximum de chemins pour rallier la Montagne Noire à Dourgne, grimper sur le plateau, traverser le massif, descendre sur Saint-Chinian, suivre un bout de Canal du Midi jusqu’à Béziers, passer Agde et arriver en bord de mer ? Je n’ai pas oublié les éclairages ?

 

La trace pour rejoindre Dourgne traverse la Cocagne et est très vallonnée.

Début du parcours le long de la vallée du Girou, alternant chemins en herbe, pistes rurales et goudron. Le relief va commencer à se présenter du côté du Faget, je remonte la vallée du Girou pratiquement jusqu’à sa source, à côté de Puylaurens.

Là, je bascule vers le Sor et profite des beaux panoramas sur la plaine et la Montagne Noire qui m’attend.

 

J’adore les Ancolies, ce sont des fleurs fines et timides : elles regardent le plus souvent le sol et vous obligent à vous baisser pour admirer leur architecture.

 

J’aurai vu quelques animaux sauvages aussi : nombreux rapaces, des biches, des lièvres, un écureuil, pas le temps d’attraper l’appareil photo. Juste l’image de cette biche dans ce champ de blé dont je voyais le corps bondir avec grâce puis disparaître dans le blé haut.

 

Plusieurs pistes permettent d’accéder au plateau depuis la plaine, celle de Pistre depuis Sorèze est une des plus belles. Là, je suis passé par Dourgne pour monter par les ardoisières (la piste est superbe, dans la vallée du Taurou, très encaissée, on se croirait vraiment en montagne) pour longer le Désert de Saint-Ferréol et sa chapelle, site magnifique, puis arriver à la Croix des Fangasses, je ne partirai pas à gauche pour faire la jolie, facile et ludique descente vers Arfons, pas de regrets, je la connais bien.

 

Je suis les larges pistes forestières vers Les Escudiès. Juste avant les Escudiès, je vais suivre la route pour aller jusqu’au mémorial de Fontbruno. Le Corps Franc de la Montagne a été très actif pendant la Seconde guerre, de nombreux résistants ont tués par l’armée allemande ou la milice française ?

Le monument de Fontbruno est composé d'une obélisque de béton de plus de 20 mètres de haut, avec en son sommet des bras indiquant des lieux où a combattu le Corps Franc de la Montagne Noire. Dans la partie inférieure du monument, une crypte a été aménagée. Elle renferme 13 sarcophages où reposent les corps d'hommes tués au combat.

De nombreuses croix commémoratives ont été érigées dans le secteur.

 

Je poursuis ma balade sur les pistes avant de franchir une première portion engagée sur une superbe descente empruntant une piste VTT. Je suis au-dessus des Montagnès et me dirige par les pistes vers le Pic de Nore.

 

Petite pause casse-croûte, j’ai pris la précaution sur cette sortie de partir avec mes provisions, il y a peu de points où se ravitailler dans ce secteur ? Je suis en retard sur l’horaire que j’avais estimé, je pensais pouvoir manger en haut du Pic de Nore. Sur de la longue comme aujourd’hui, je ne m’impose pas de contraintes horaires mais le couvre-feu est toujours de vigueur.

 

Le Pic de Nore se voit de (très) loin, on peut donc se dire « Je le vois, j’arrive ! » mais il reste encore une bonne distance avant d’en approcher vraiment.

Penser avant de monter au Pic à refaire ses provisions en eau, il va être difficile d’en trouver pendant un long moment ? Les cimetières ont toujours un robinet d’eau en fonctionnement.

La montée au Pic se fait par la route depuis Pradelles-Cabardès et est assez roulante. Le Pic de Nore est un site unique, entouré de landes, les influences continentales et méditerranéennes s’y disputent la place, il est d’ailleurs souvent enneigé l’hiver ou même au printemps. Le vent y souffle fort, les arbres d’ailleurs doivent lutter pour dresser leur tronc vers le ciel, le sommet est désert, la lande occupe la place, plus les pins sont tordus par le vent.

 

Arrivée au Pic : je suis pratiquement à la moitié du parcours (à peu près 130 km) et maintenant ça descend ? Enfin, disons que je vais vers la mer, donc quand j’y serai j’aurai sans aucun doute abordé quelques descentes ?

Effectivement, après le Pic, je vais m’engager sur de superbes pistes, superbes, très longues, mais quelques montées viendront encore « agrémenter » la balade, comme si le dénivelé positif cumulé n’était pas assez conséquent ?

 

Je poursuis donc le long du Gr7, passe par le Col de Salettes, le Col de Serières, celui de Sainte-Colombe.

 

Les pistes sont superbes, je vois et je sens que je me dirige vers la mer : la végétation change, les sols, les couleurs et surtout les odeurs de romarin et de thym ?

 

J’arrive enfin dans la plaine de Saint-Chinian à Babeau-Bouldoux par une superbe descente VTT. Je ne m’arrêterai pas dans le coin pour déguster ce très bon vin. En vélo, ça « casse » un peu les jambes ?

Carignan, cinsault, grenache, lledone pelut, mourvèdre et syrah sont les cépages cultivés dans ces vignes. De très bons assemblages donnent ce vin AOC de qualité, Berlou et Faugères ne sont pas loin non plus.

 

Encore un peu de relief avant de rejoindre le Canal du Midi juste après le tunnel du Malpas à Colombiers, où passe aussi la voie domitienne romaine qui reliait l’Italie à l’Espagne.

Une autre curiosité est l’étang de Montady, étang asséché et aménagé au XIIIème siècle.

L’oppidum d’Ensérune est aussi tout près, ce site a été occupé par les Gaulois entre le VI 6ème siècle avant notre ère et le Ier siècle après. De nombreux vestiges témoignent de cette époque.

 

Passage à Béziers le long des neuf écluses de Fonséranes permettant de franchir un dénivelé de 21,50 m sur plus de 300 m. La vue sur la Cathédrale Saint-Nazaire est superbe.

 

Je poursuis le long le Canal du Midi, rejoins Vias, Agde, arrive à Marseillan-plage et enfin au Castellas pour conclure cette belle et longue balade, 250 km et 3 500 m de D+ ?


www.lecyclerit.com


Commentaires
Pas encore de commentaire. Connectez-vous pour en ajouter un !
Ajouter un commentaire

Félicitations

Poursuivre la lecture

Tour du cadran sur les 7 Majeurs
25 Juin 2021

La dordogne de villages en barrages
L'ITINERÊVE
Randonnée itinérante de 200km en corrèze

Randonnée dans le golfe du Morbihan
Juin 2020

La route des Grandes Alpes à vélo
De Thonon à Menton

Trekking GR34 Bénodet-Quimperlé
Juillet 2018

Séjour randonnée à Majorque et Minorque
Septembre 2021

OUTDOOR Stories

Vos plus belles aventures outdoor



Propulsé parVisuGPX