VisuGPXMembers
OUTDOOR Stories
Select a file
file.gpx
Options

The threshold and the smoothing optimize the calculation of the difference in height
Sign in
Enter your email and retrieve your password in your mailbox
Or
I already have an account
Log in
Enter the email and password you received during sign in
Sign in | Forgot password

Vélo de route à Gran Canaria

Octobre 2019
Par Admin
L'archipel des Canaries est plus connu comme une destination estivale balnéaire, mais c'est aussi un super spot pour le vélo, qu'il soit de route ou tout terrain. L'archipel se situe à peu près à la latitude du sud du Maroc, il possède un climat de type subtropical avec des températures avoisinant les 20 degré en hiver. Idéal pour rouler pendant les périodes froides européennes, d'ailleurs les cyclistes y sont nombreux, y compris les équipes professionnelles.

Grande Canarie est la plus grande ile des Canaries. Elle a une circonférence d'à peu près 200 km. Le centre de l'Ile culmine à près de 2000 mètres d'altitude, au Pico las Nieve (Pic des Neiges), ou elle tombe un ou deux jours par an.

Le coté nord de l'ile est le plus urbanisé et le temps y est plus humide. Il est plus vert aussi. Le sud de l'ile est plus sec, avec un habitat touristique, en particulier autour de la station balnéaire de Maspalomas. Le centre de l'Ile est composé de petits villages perdus dans d'immenses zones désertiques de montagne, avec des ravins abruptes, quelques lacs et quelques zones de sapins.

Les routes sont globalement de bonne qualité, le revêtement peut aller de très lisse (billard même), à très granuleux. En général plus on monte plus la qualité se dégrade même s'il peut avoir de belles surprises en altitude.

L'ile est soumise à un vent d'est qui se lève en journée, il est préférable de le prendre en compte dans la planification de ses sorties.

Jour 0 : Arrivée sur Grande Canarie

Toussaint 2019.

Après un vol Genève > Barcelone > Grande Canarie sans encombres, nous récupérons les voitures et nous filons prendre notre location, un appartement dans une résidence sur Méloneras juste à cote de Maspalomas, départ idéal pour toutes les boucles du sud. C'est le début de la saison cyclotouriste et donc ça reste relativement calme. Les températures tournent autour de 30° sur le littoral et autour de 20° sur les sommets, idéales donc.

Nous récupérons les vélos que vous avons réservé chez Free Motion, une grosse chaine de l'ile, qui propose un service et un matériel de qualité. Compter 150 euros pour la semaine d'un tout carbone 8kg monté en ultégra (les prix sont équivalents chez tous les loueurs). Les vélos sont généralement équipés en 34/32, ça peut monter fort.

Le soir, petit footing dans les dunes de Maspalomas et petit bain dans la piscine de la résidence, vide.

Jour 1, autour de Maspalomas

Notre jour 1 a coïncidé avec le rallye automobile annuel du coin, du coup les routes les plus intéressantes étaient fermées. Pour rejoindre le centre de l'Ile en partant du sud il n'y a pas 36 solutions :

- Le bout de la route à l'Ouest est coupée depuis quelques années par un éboulement quelques kilomètres avant Puerto de Mogan. Il est peut être possible de passer, on a pas essayé, mais un gros mur barre l'accès. Pour rejoindre Puerto de Mogan donc, il faut soit prendre le bac depuis Puerto Rico, soit y aller en voiture par l'autoroute. De là bas il est possible de monter Via la GC-200 puis la magnifique GC-605

- Via la GC-505 (route de Soria) jusqu'à Baranquillo Andrès (exceptionnelle) puis la Carretera El Pinal, toute petite route bien raide à la viabilité incertaine (indiquée fermée aux cyclistes mais que tout le monde emprunte, y compris en voiture).

- Via la GC-60 et Fataga, qui est l'accès le plus facile mais pas forcément le plus intéressant.

Plus à l'Est il faut aller récupérer le GC-65, ça fait déjà plus loin, et il est préférable de l'utiliser pour la descente vu le sens du vent (si on est basé à Maspalomas)

Ce premier jour, GC-60 fermée, et GC-505 fermée à partir de Cercados de Espino. Ça passe donc nulle part. On a tricoté en commençant par la route du littoral vers l'ouest, la GC-500. C'est une grande route en excellent état qui ceinture l'ile. Elle est faiblement vallonnée, idéale pour une mise en jambes. Direction ensuite la GC-505 vers Soria sur une route encore en très bon état qui s'enfonce en faux plat montant dans une vallée assez ouverte. Stop à Cercados de Espino, après la route était fermée à cause du rallye.

En s'enfonçant dans cette vallée un mirador sur la droite nous a fait de l'oeil. Il s'agissait de la GC-604 jusqu'à Lomo de Perdo Alfonso (après elle se transforme en piste). Route exigeante au revêtement granuleux mais correct. La pente moyenne n'est pas très importante mais la route présente un enchaînement de parties plates et de murs à plus de 15%. Elle offre une jolie vue en balcon sur sa partie supérieure.

Pour terminer la journée nous avons fait la classique boucle de 20km d'Ayagaurès dans le sens GC-504 > GC-503, deux routes avec un revêtement excellent. La boucle est préférable dans le sens là, avec une approche à 2% jusqu'à Ayagaurès puis une petite grimpette de 2km à 8% jusqu'à la cîme Pedro Gonzales.

Le soir, tapas et décontraction des jambes dans la piscine de la résidence déserte. Le pied.

Points de vue de la GC-503

Jour 2, découverte de l'intérieur de l'Ile.

Le rallye est passé, les routes sont ouvertes. on attaque comme la veille le long du Littoral puis sur la GC-505 qui présente 6 magnifiques kilomètres sur un revêtement parfait entre Las Fillipinas et Soria. Ensuite on poursuit sur la toute petite Carretera El Pinar, au revêtement incertain, qui présente de jolis murs, mais qui est absolument magnifique. S'ensuit la GC-605, de nouveau avec un très bon revêtement qui passe à Proximité de la Presa Las Ninas, une zone de lacs et de forêt à découvrir absolument. Le cadre est fabuleux. La GC-605 poursuit jusqu'à Ayacata, petit village qui est au carrefour de plusieurs routes et donc par lequel on passera souvent.  4 maisons, deux restos sympas, et plein de cyclistes. Charmant.

(1-2) GC-505 en montant vers Soria, (3) Barrage de Soria, (4-5) Carretera El Pinar, (6) Presa Las Ninas
A Ayacata on récupère les filles en VAE qui feront la suite avec nous. on poursuit en direction de Tejeda sur la GC-60, encore une route de très bonne qualité. Pendant cette descente, la vue sur le Roque Bentayga et le Roque Nublo sont saisissantes. Ce sont des tours rocheuses caractéristiques. Bon petit restau dans le centre de Tejeda, puis on poursuit jusqu'au Cruz de Tejeda par la GC-15. Grave erreur : deux kilomètres à 12% font bien mal ! Heureusement le bitume est excellent. L'alternative par la GC-156 aurait certainement été préférable.

Au Cruz de Tejeda on poursuit en foret par la très belle GC-150, puis par la GC-600 et enfin GC-130 jusqu'au Pico Las Nieves, point culminant de l'île qui offre un point de vue remarquable.

Descente ensuite sur Ayacata par la GC-600 avec un bitume plutôt rugueux mais dans un cadre fabuleux. Descente Finale via la GC-60 avec un revêtement rugueux avant San Bartolomé de Tirajana, petite capitale du coin. Ensuite la descente vers Fataga puis Maspalomas est excellente, avec 3 portions qui remontent entre 50 et 100 mètres de dénivelé, pour passer le Mirador de Cruz Grande, le mirador de Tunte et la Degollada de las Yeguas.

Une première journée ou on en aura pris plein les yeux. Univers assez aride, avec des vallées découpées, des pins en altitude, des lacs, le tout avec des superbes couleurs.

(1) Vue sur Las Palmas de Grand Canaria en montant au Pico, (2) Vue du Sommet du Pico sur le Roque Nublo et le Roque Bentayga (tour rocheuse en arrière plan, juste à gauche de l'arbre), (3) Roque Nublodu parking Pédestre, (4) Roque Bentaya, (5) Un peu au dessus d'Ayacata

Jour 3, Pico Las Nieve par Fataga & descente sur Telde

Aujourd'hui montée la plus classique jusqu'au Pico, la GC-505 : 44 kilomètres et 2150 mètres de dénivelé à s'enquiller, en passant par Fataga, San Bartolomé de Tirajana et Ayacata. C'est la descente de la veille, mais à dans l'autre sens. C'est long, exigent, avec un revêtement qui se dégrade après San Bartholomé, mais plus on monte, plus c'est beau. La roche volcanique rouge, les pins verts, la vue sur la mer, rien à jeter. Au dessus d'Ayacata on trouve une petite partie raide jusqu'au départ pédestre du Roque Nublo, après on est dans une jolie forêt (toujours clairsemées les forêts ici).

A la descente je fais un crochet rapide pour voir le Roque Redondo, moins intéressant, puis je tourne à droite pour descendre par la GC-130 sur Teide via Cazadorès. Descente très cassante avec un revêtement horrible donc pas une partie de plaisir, à part une jolie partie à proximité de la caldera Los Marteles, jolie.

En bas de la descente, je rentre par la GC-100. Ininteressante jusqu'à Aguimes car très urbanisée. A noter que la montée la plus courte de l'île pour le Pico est la GC-120 au départ d'Ingénio, 23 km pour 1700 mètres de dénivelé, avec des murs parait-il horribles (non fait).

Après Aguimes je quitte enfin la GC-100 pour prendre la GC-551, plus tranquille, très jolie, et avec un très bon revêtement. La descente sur El Doctoral (aucun charme) est rapide, puis retour via la GC-500 avec le vent dans le dos, appréciable de rouler à 40km/h sans forcer ! :)

Grosse journée ! Le soir, comme d'habitude, tapas, petit bain, et dodo !

(1) Caldera Los Marteles, (2 et 3) sur la GC-130, (4 et 5) entre Ayacata et Roque Nublo

Jour 4 : Pico, et descente par la GC-605


Je remonte encore une fois Pico las Nieve par Fataga, cette fois ci avec Patrice. Pour la descente, pour changer, je veux rentrer par Mogan et le Bateau. Droite toute à Ayacata donc, puis à gauche pour prendre la GC-605.

Descente sur la GC-605 en passant par Presa Las Ninas, toujours aussi fabuleux, mais moins que sa partie inférieur, surnommée Tauro Pass. Tout simplement extraordinaire. Tellement extraordinaire, qu'arrivé en bas je décide de le remonter pour rebasculer coté Soria (et puis aussi car j'étais limite pour le dernier bac...). Arrivée à la Maison au soleil couchant, trop beau.

(1) Tauro Pass, (2) Soleil couchant sur Santa Agueda, Grande Canarie.

Jour 5 : Vallée des Larmes et Pico

Aujourd'hui grosse journée, on décide d'aller voir de près cette vallée des Larmes (Valley of the tears - VOTT comme tout le  monde l'appelle ici). La vallée des larmes, c'est une petite route qui remonte au coeur de l'île le long d'un éperon, avec un revêtement assez mauvais et des pourcentages de folie. 1, 5km à 14%, et 4km à 12%. Et je ne compte pas les rampes à 18% dans le lot... Au total, 10km à 10% avec une descente au milieu, de la folie.

Départ 9 heures, on repasse par Soria, descente par le fantastique Tauro Pass GC-605 puis on tourne à gauche sur la GC-200 jusqu'à la Degollada de San Aldea puis Aldéa de San Nicolas. Superbe route, super bitume.

(1) Vue sur la suite de l'itinéraire (cherchez la route) depuis le sommet de la Carretera El Pinar, (2 et 3) Tauro Pass vu du haut, (4, 5, 6) Sur la GC-200
On prend le temps de manger à la Aldea de San Nicolas, puis on remonte la GC-210 dans des gorges assez encaissées, avec des petites retenues d'eau bien sympathiques. Il faut chaud mais ça va encore, par contre ça doit être l'horreur en été. La route est petite, en état correct, et présente certaines portions d'épingles hallucinantes.

Après 11km et 400m de dénivelé on on tourne à droite au niveau de la Presa del parralillio pour attaquer la vallée des larmes. Et là ça commente très fort par LE kilomètre et demi à 14% sur un bitume qui ne rend absolument pas du tout. Chaud. Au sommet du mur il y a une petite partie plus plate le long d'une échine magnifique, puis descente sur le petit village d'El Carrizal. Le plus raide est à venir, même si c'est plus court. 300 mètres à 17%, on les a senti passer. Autant dire qu'on était contents de nos développements...

Ensuite c'est encore très long mais moins horrible. Après El Toscon ça sent la fin. Un petit col avec une super vue sur le Teide (volcan sur Tenerife culminant à 3718 m). Puis on rejoint la GC-60 et Ayacata, repas et grosse pause.

(1) Dans les gorges de los Juncos, (2) Quelques épingles hallucinantes, (3) Fin de la première partie raide, juste avant El Carrizal, (4) Fin de la vallée des larmes et vue sur le Teide. 
Après la pause on se finit au Pico, puis on descend via San Bartolomé où l'on prend à gauche la GC-65 vers Santa Lucia de Tirajana. Une très jolie route et un vrai billard pour clore une super journée de Vélo, qui clôt une super semaine

Bilan sur la semaine de vélo: 1 bain dans la mer (le jour du départ lol), 4 Pico Las Nieve, 42 kilogrammes de tapas, 850 kilomètres et enfin 17000 mètres de dénivelé positifs. A moins de vous contenter de tourner autour de l'île, ne vous imaginez pas faire du plat à Grande Canarie !

(1) Au sommet du Pico, (2) Sur la GC-550, juste au dessus de Santa Lucia de Tirajana. Imaginez la qualité du revêtement !

Les meilleures routes au Sud de Grande Canarie

Vous comptez faire du vélo à grande Canarie ? Voici les meilleures routes au Sud que vous ne devriez manquer sous aucun prétexte :

- GC-605 entre Mogan et Ayacata, tauro Pass et la zone de Presa las Ninas en particulier

- GC-505 de Soria et Carretera El Pinar au dessus

- GC-60 par Fataga, San Bartholomé de Tirajana, Ayacata

- GC-600 entre Ayacata et le Pico Las Nieve

- GC-560 via Santa Lucia de Tirajana

- GC-606 Vallée des Larmes

- GC-504 et GC-503 via Ayagaures

- GC-210 entre la Aldea de San Nicolas et Artenara

Il en existe de nombreuses autres, nous sommes sûrs que vous saurez dénicher de petites merveilles, elles sont nombreuses sur Grande Canarie.
Commentaires
Pas encore de commentaire. Connectez-vous pour en ajouter un !
Ajouter un commentaire

Félicitations

Poursuivre la lecture

Route des Grandes Alpes à vélo
19-24 Aout 2019

Trekking GR34
 Bénodet-Quimperlé
Juillet 2018

Vélo de route à Mallorca, Baléares
Novembre 2018

OUTDOOR Stories

Vos plus belles aventures outdoor



Propulsé parVisuGPX