VisuGPXConnexion
OUTDOOR Stories
Sélectionner un fichier
.gpx .fit .tcx
Options

Le seuil et le lissage permettent d'optimiser le calcul du denivelé
Inscription
Entrez votre email et récupérez votre mot de passe dans votre boite
Ou
J'ai déjà un compte
Connexion
Entrez l'email et le mot de passe que vous avez reçu lors de votre inscription
Créer un compte | Mot de passe oublié

Le château de la Durbelière

à Saint Aubin de Beaubigné
Par Gaby.Ferchaud

La terre de la Durbelière est propriétée de la famille de Rorthais depuis le XIII° siècle mais le premier château ne fut construit qu’au XV°. Il s’agissait d’un bâtiment rectangulaire flanqué d’une tour polygonale. Après le mariage en 1602 de Renée de Rorthais avec Pierre de Meulle, le château va petit à petit se voir transformé selon les canons architecturaux du XVII° siècle. On adjoint une aile au bâtiment primitif, de grandes fenêtres sont ouvertes et la balustrade que l’on connaît aujourd’hui est construite. La date de 1621 est alors gravée au fronton de la porte du château. Une bonne partie des communs, formant l’enceinte est construite dans les années 1630.

C’est par Louis de Meulle que le domaine échoit aux de la Rochejaquelein, famille rendue célèbre par les événements des Guerres de Vendée. Les paysans du Bocage, en révolte contre les dérives terroristes de la Révolution, viendront chercher Henri de la Rochejaquelein pour le mettre à leur tête, le 13 avril 1793 avant d’aller prendre les Aubiers et d’infliger une cuisante défaite aux troupes républicaines. C'est ici qu'il leur dit, alors qu'il n'a pas encore 21 ans: 

"Si mon père était parmi nous, il vous inspirerait plus de confiance, car à peine me connaissez-vous. J'ai d'ailleurs contre moi et ma grande jeunesse et mon inexpérience mais je brûle déjà de me rendre digne de vous commander. Allons chercher l'ennemi : si je recule, tuez-moi, si j'avance, suivez-moi, si je meurs, vengez-moi » (ce n'est pas dans cet ordre qu'on l'a retenu à tort)

De là, entre les passages du tristement célèbre général Westermann et les sorties des colonnes infernales en 1794, le château sera incendié cinq fois. Il est tué le 28 janvier 1794 à Nuaillé à cause d'un Bleu qu'il venait de sauver. Il n'a que 21 ans mais il est déjà général en chef des Vendéens depuis le 20 octobre 1793. C'est le plus célèbre et le plus aimé des chefs vendéens.

La volonté des paysans qui avaient tenté d’éteindre les incendies, ne suffira pas pour contrer la ruine définitive du logis

Le château ne sera jamais restauré et malgré des tentatives de consolidation de la part du dernier marquis de la Rochejaquelein en 1886, le château ne reste plus qu’une ruine romantique, bercée tantôt par le chant des oiseaux, tantôt par les dures tempêtes hivernales. Il reste la propriété de la famille de la Rochejacquelein depuis le XVIIème. Les sept descendants de la famille La Rochejaquelein qui forment la Société civile immobilière (SCI) propriétaire du site ont, dès 2018, émis le souhait de céder la propriété. La Durbelière suscite un profond attachement local, auprès des habitants comme des passionnés d’histoire. Il ne semble pas que la vente ait encore eu lieu.

Un petit groupe d’amateur d’histoire et de vieilles pierres s’est lancé un défi ambitieux : sauver le château de la Durbelière de la ruine et de l’oubli en assurant l’entretien et la promotion de ce haut lieu des Guerres de Vendée. L’Association est créée le 17 mars 2017 à Saint-Aubin de Baubigné

Ses objectifs sont : Sauvegarder le site - Faire connaître le site et son histoire - Le faire vivre avec des animations

Commentaires
Pas encore de commentaire. Connectez-vous pour en ajouter un !
Ajouter un commentaire

Félicitations

Poursuivre la lecture

La Cocagne, la montagne et la mer
Samedi 29 mai 2021

Baden-Baden-Dolomites
07/2020

Vélo de route à Mallorca, Baléares
Novembre 2018

De Colombey Les Belles à Grenoble
du 9 juillet au 27 juillet 2020

La Vélodyssée de Nantes à la Rochelle 
Août 2022

3Jours dans la Chartreuse
15 Juin 2021

OUTDOOR Stories

Vos plus belles aventures outdoor



Propulsé parVisuGPX